o-HAPPY-BLACK-COUPLE-facebook
13 / 100

ÉPISODE 39

MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR

Arlon n’as pas dit ce qu’il voulait dire car il a vu une Solange toute souriante qui l’attendait sur l’un de mes fauteuils comme si elle était chez elle.

Il a été obligé de s’arrêter, du coup j’ai continué vers ma cuisine.

Mais leur discussion ne pouvait pas continuer à cause d’une Julia toute excitée, elle n’arrêtait pas de crier Zawadi et merde , elle avait entendu Arlon crier mon nom avant de dire merde , ce dernier essayait de la calmer, mais je pense que ma fille avait envie de s’amuser, de toute façon lui-même n’y mettait pas du cœur je suis sûr; car s’il lui avait parlé fermement elle aurait cessé de crier.

Elle riait riait et recommençait de plus belle, finalement j’ai décidé d’intervenir

-MOI:« bon ça suffit, c’est un gros mot ma puce, les enfants sages ne doivent pas le prononcer, tu ne veux pas que je me fâche contre toi hein !»

-JULIA : « papa l’a prononcé cela veut dire qu’il n’est pas sage lui ?»

-MOI:« Ce n’est pas pareil ma puce ton père n’est pas un enfant »

-ELLE : « je veux être comme lui »

J’ai regardé Arlon, il a haussé les épaules, genre, je suis à court d’idée moi aussi

-ARLON:« laisse peut être qu’elle finira par oublier d’ici quelques jours »

C’est le moment qu’à choisit Solange pour lancer

-ELLE :« Oui, mais sans vouloir trop m’en mêler , ce n’est pas bon qu’elle s’exprime ainsi »

-MOI:« c’est simple ne t’en mêle pas !»

Le dîner s’est déroulé dans un silence pesant, solange essayait d’engager la conversation avec mon mari évidemment, car devant ma mine renfrognée, elle n’osait pas m’adresser la parole malheureusement pour elle il n’était pas bavard, il répondait par bout de phrase au final, elle s’est-tu , fatigué de faire la conversation toute seule.

Arlon m’a débarrassé la table j’ai fait la vaisselle, après un bref bonne nuit je suis montée dans ma chambre. Arlon m’a suivi cinq minutes plus tard, il m’a trouvé entrain de me déshabiller pour prendre mon bain.

À ma sortie, je l’ai trouvé toujours au même endroit, sans un regard pour lui, je me suis glissée sous les draps et je lui ai tourné le dos,à un moment donné, j’ai senti sa main sur moi , sans même prendre la peine de me retourner, je lui ai dit durement.

-MOI:« Enlève immédiatement ta main sur moi »

Cela fait maintenant deux semaines que cette situation duré , au début, il a commencé par me demander pardon, promettant de ne plus lever la main sur moi, car pour lui évidemment, c’était juste à cause de la gifle.

Il m’emmenait des cadeaux tous les soirs que je ne prenais pas la peine de déballer.

Je ne lui parlais pratiquement plus ,à chaque fois qu’il essayait d’engager la conversation avec moi, je refusais d’en parler, j’étais trop déçue, je n’avais toujours pas digéré ce que j’avais entendu.

Un jour, il a fini par dire :« qu’est-ce que tu veux à la fin, je t’ai dit que j’étais profondément désolé , tu vas me faire la tête jusqu’à quand ?».

La seule personne capable de nous réunir était ma fille ,quand elle était là, on échangeait, mais dès qu’elle se couche, nous revenons de parfaits étrangers.

Un matin certain à mon réveil, il était déjà au boulot, ma fille à l’école, il ne restait plus que Solange et moi à la maison, cette femme me dégoûtait, je ne supportais plus sa présence dans ma maison, et tout dernièrement, elle passait plus de temps avec mon mari que moi avec lui.

Elle parlait de tout et de rien, et à chaque fois qu’elle ouvrait sa bouche, c’est pour raconter des âneries, j’ai pris mon petit-déjeuner tout en l’ignorant, mais c’était sans compter avec sa ténacité, elle m’a dit

-SOLANGE:« Votre fille est magnifique, si vivante »

-MOI:« Merci »

-ELLE :« Arlon à l’air de tenir à elle »

-MOI:« ce n’est pas une impression , c’est une réalité il est la première personne qui l’a tenu dans ses bras quand elle est née , il a été là à n’importe quel moment de sa vie , c’est sa fille, il l’aime plus que tout au monde n’en doute jamais »

-ELLE:« c’est vrai qu’elle complète le vide vois tu ,si mon neveu avait survécu il serait un grand garçon maintenant »

Je savais où elle voulait en venir, et cela m’a mis encore plus en colère contre Arlon, il a laissé cette femme rentrait dans nos vies ,et là elle se croit tout permis

-MOI:« n’essaie même pas Solange, je suis mille fois plus intelligente que toi , tu ne peux pas me manipuler ni me faire douter de l’amour de mon mari pour ma fille, il te fait peut-être confiance moi non et si tu veux être en paix, je te conseille de laisser ma fille tranquille »

Je l’ai planté là ,de toute façon je devais voir Évelyne, elle était en congé et souhaiterait qu’on passe la journée ensemble.

Je suis remontée m’habiller, j’ai fermé toutes les portes sauf sa chambre et la cuisine puis je suis partie.

Malgré mon maquillage pour cacher mes cernes, Évelyne les a remarqués

-ÉVELYNE :« Qu’est-ce que t’as-tu n’as pas bien dormi »

-MOI:« Oui, j’avais une insomnie, je ne dors pratiquement pas la nuit »

-ELLE :« hum »

-MOI:« Oui, j’avais une insomnie, je ne dors pratiquement pas la nuit »

-ELLE :« je me repose, je profite de mes congés, je pense que je vais en profiter pour voyager un peu ».

Nous avons continué la conversation, mais j’avais l’esprit ailleurs Évelyne a senti que quelque chose n’allait pas

-ELLE : «Bon, tu vas finir par me dire ce qui te tracasse »

-MOI:« je crois que je vais demander le divorce »

-ELLE :« Mungu Wangu tu es folle ou quoi ,tu vas demander le divorce pourquoi ?»

-MOI:« mon mari ne m’aime pas Évelyne »

-ELLE :« Comment ça , qu’est-ce que tu racontes ,cet homme est fou de toi ,cela se laisse voir »

-MOI:« C’est ce qu’il montre aux gens, mais il ne m’aime pas »

-ELLE :« tu te fais des idées Zawadi »

-MOI:« je l’ai entendu de mes propres oreilles !»

-ELLE :« quoi il a osé te dire ça ?»

-MOI:« pire encore, je l’ai surpris entrain de le dire à sa belle-sœur,, tu comprends maintenant, je ne veux plus rien à voir avec lui ,il m’a blessé, je me sens tellement humiliée Évelyne »

-ELLE :« non je n’arrive pas y croire, il a une explication à cela, tu lui as parlé ?»

-MOI:« ne le défend pas Évelyne , non, j’ai préféré ne rien dire ,que veux-tu que je lui dises, tout ce que je sais c’est que je ne peux pas rester avec un homme qui aime une autre »

-ELLE :« tu veux réellement divorcer !, Zawadi réfléchies bien ma puce, je sais que tu es fâché en ce moment, mais as-tu pensé aux conséquences d’une telle chose, pense un peu à ta belle-mère et tes oncles à toutes ses personnes qui ont dit que ce mariage ne fera pas long feu, tu veux leur donner raison, si tu quittes ton mari après juste un mois de mariage, c’est cela qui va arriver »

-MOI:« J’ai pensé à tout cela »

-ELLE:« il a toujours été là pour toi, il t’a soutenu du début à la fin, dis moi une seule fois où tu as eu besoin de lui et qu’il t’a tourné le dos Christella, je n’essaie pas de le défendre ,d’ailleurs je ne le connais pas intimement, mais je sais une chose, c’est un homme bon et qu’importe ce que tu as entendu je suis convaincue qu’il y’ a une explication derrière »

-MOI:« comprend moi s’il te plaît , c’est une question de dignité, je ne pourrai pas rester tout en sachant ce qu’il a dit »

-ELLE :« tu sais Zawadi, l’amour est très important dans un couple, on n’en disconvient pas,mais moi personnellement, je préfère un homme qui me respecte,qu’un homme qui affirme m’aimer sans vraiment le montrer. Au moins lui, il est honnête et jusqu’à preuve du contraire, je sais qu’il t’aime, il n’arrive juste pas à te le dire ; de toute façon, cela ne t’avait pas dérangé, tu étais d’accord de lui accorder du temps »

-MOI:« Qu’est-ce qui l’empêche de le dire, je ne vais plus me contenter de ses miettes , s’il se permet d’en parler à une tierce personne, c’est que c’est sérieux, je mérite d’ être aimé, mieux vaut arrêter maintenant, car plus je reste avec lui plus je l’aimerai davantage, et je ne vais pas penser aux autres jusqu’à sacrifier mon bonheur »

-ELLE :« Justement et si ton bonheur est avec lui, t’es-tu demandé si tu es prête à vivre sans lui ?»

J’aimais mon mari plus que tout, je l’ai toujours aimé, aussi loin que je me rappelle ; il est tout ce que j’ai désiré dans la vie

-ELLE :« si c’était un homme du même calibre que mon ex-mari, je te dirai de le fuir, mais lui, c’est un homme bon et chaque homme bon mérite qu’on se bat pour lui »

-MOI:« que veux-tu que je fasse, j’en peux plus déjà, il passe la plupart de son temps avec cette sorcière solange»

-ELLE : «A qui la faute, c’est toi qui le pousses dans ses bras par ton comportement, maintenant ouvre les oreilles et écoute moi »

Pendant ce temps qu’on parlait avec avec Évelyne , dans la tête d’Arlon au travail,il se disait :

Je n’arrive pas à me concentrer, je n’arrête pas de penser aux paroles de ma femme, je ne sais pas ce qui m’a pris de la gifler, c’est la première fois que je levais la main sur une femme et fallait que cela soit la mienne ,celle que j’ai juré de protéger.

Je ne pensais pas que la venue de Solange allait ainsi la bouleverser, et créer autant de tension dans notre vie.

Elle refuse de me parler et s’en dorme tout les soirs en pleurant.

Je tiens à ma femme plus que tout, je l’adore, je veux qu’elle soit heureuse pour chaque jour qui se lève, je l’ai choisi pour qu’elle soit la mère de mes enfants, je la désire comme un fou, je n’ai jamais connu une telle symbiose même pas avec ma première femme.

Je commençais à goûter à nouveau au bonheur avec elle, le seul souci est que Chris veux parlait d’amour maintenant, et comme j’avais dit à Solange que j’adorais ma femme Zawadi mais je ne pourrai plus jamais aimer, car sarah était morte avec mon cœur, je n’en avais pas le droit, d’ailleurs ce serait une trahison envers celle qui m’a tout donné y compris sa vie.

Mais aussi je n’ai nullement envie de perdre Chris, rien qu’à l’idée de ne plus l’avoir à côté de moi m’est insupportable, tout ce qui me reste à faire est de prier pour que ce que j’aie à lui offrir lui suffise.

Quand j’ai quitté Évelyne , je suis partie voir Dan, il insistait pour qu’on se voit.

Du coup ,nous nous sommes retrouvés à notre restaurant habituel, je suis arrivée la première ,je l’ai attendu environ cinq minutes avant de le voir se garer.

-DAN:« excuses moi,j’ai été retenu au bureau »

-MOI:« t’inquiète je n’ai pas attendu longtemps »

-LUI:« tu viens d’où ,de chez toi ?»

-MOI:« non j’étais avec Évelyne »

-LUI:« et mon frère, tout va bien entre vous ?»

-MOI:« bien sûr ,pourquoi cela n’irait pas bien ?»

-LUI:«je demande juste, ne sois pas sur la défensive, la dernière fois , il était inquiet ,il m’a dit que tu étais sortie de la maison»

-MOI:« Nous nous sommes un peu disputés, et j’ai quitté la maison, je me suis énervée, et j’ai préféré ne pas rester, mais ça va maintenant, on s’est réconcilié depuis »

-LUI:« C’est vrai, tu ne me mens pas?, tu me le diras si jamais il te faisait quelque chose »

-MOI:« Évidemment Dan, jamais je ne pourrai te mentir tu es mon frère en plus d’être mon meilleur ami »

Il m’a regardé longuement comme s’il cherchait à voir une faille dans mes déclarations, j’ai failli pousser un ouf de soulagement, que pouvais-je lui dire que son frère m’avait giflé, c’est sûr que cela allait créer plus de problèmes.

-LUI:« D’accord je te crois, la prochaine fois dis-nous au moins où tu es, mon frère était dans tous ses états, je ne l’ai jamais vu ainsi, imagine-toi, qu’il est venu jusqu’à la maison, mais il avait peur de dire à ma mère que tu avais disparu »

-MOI:« je n’avais pas disparu, j’étais juste à la plage, mais t’inquiète je ne vais plus le faire c’est promis »

Nous sommes restés longtemps à bavarder, avant que je ne me décide à rentrer car il commençait à faire tard, de toute façon mon mari ne cessait de m’appeler.

En pénétrant chez moi, grande fut ma surprise de trouver Solange dans ma cuisine, entrain d’éplucher des pommes de terre ; mettant sa musique.

Je n’ai rien dit , je suis juste montée tranquillement dans ma chambre me déshabiller avant de descendre

-MOI:«Je peux savoir ce que vous faites dans ma cuisine »

-ELLE :« Comme tu tardais, et qu’Arlon avait faim,je me suis dit que je pourrai aider »

-MOI:« je n’ai pas bien entendu, tu viens de dire qu’Arlon avait faim, mais Solange cela ne te concerne nullement, je n’ai pas besoin que tu fasses la cuisine pour mon mari, ce privilège me revient, je suis la seule femme habilité à prendre soin de lui et sincèrement pour rien te cacher, je n’aime voir personne dans ma cuisine car vois-tu ceci est mon espace personnel »

-ELLE :« je voulais juste t’aider, rien de méchant »

-MOI:« eh ben c’est gentil de ta part mais la prochaine fois abstiens-toi »

En me retournant, je suis tombée nez à nez avec Arlon, je ne sais pas ce qu’il a entendu de la conversation , je ne voulais pas savoir ,je lui fais le plus beau de mes sourires avant de lui offrir mes lèvres.

Arlon semblait surpris par mon accueil, comme il hésitait, je me suis pressée contre lui et je l’ai embrassé et il m’a rendu mon baiser plus longtemps que nécessaire.

-MOI:«ça va mon amour, tu m’as manqué tu sais? »

-LUI:« euh, tu m’as manqué aussi »

J’étais toujours dans ses bras , Solange paraissait gêner par notre échange , elle n’arrêtait pas de me lancer des regards noirs ,et comme notre étreinte ne prenait pas fin, elle a pensé pouvoir y mettre un terme

-ELLE :« Arlon si tu as fini, tu peux venir ,j’ai quelque chose à te montrer »

-MOI:«Solange, tu vas devoir patienter, car j’ai l’habitude que mon mari me tient compagnie,me tenir compagnie lorsque je cuisine, n’est-ce pas mon cœur »

-ARLON :« absolument , euh Solange, je te retrouve après , je vais aider ma femme »

-ELLE:« d’accord , je vous laisse dans ce cas, à tout à l’heure »

Dès qu’elle est sortie de la cuisine, je me suis détachée de lui avant de me retourner et de continuer tranquillement ma cuisine

-ARLON :« tu es sûre que tout va bien Chris ? »

-MOI:« très bien, pourquoi ça n’irait pas ? »

-LUI:« cela fait deux semaines, tu ne m’as même pas laissé t’approcher, je suppose que tu m’as pardonné ?»

-MOI:« Oublions tout ,d’accord, pour le moment aide moi à préparer le dîner, prend les pommes de terre ».

Solange a boudé durant tout le repas, elle se contentait de me jeter des regards de temps en temps ,puis vers 21h je me suis levée pour me retirer

-MOI:«tu viens te coucher mon amour »

-ARLON :« j’avais promis à Solange de jeter un coup d’œil à un dossier »

J’ai jeté un coup d’œil à Solange , elle m’a fait un sourire moqueur , j’allais laisser Arlon en bas, mais l’expression du visage de Solange m’a fait changer d’avis.

À SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire