Ma vie et mon histoire d'amour: épisode 52 1
66 / 100

Familles Tanga chronique

25 février ·

ÉPISODE 52

MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR

En rentrant ,j’ai oublié mon téléphone dans le taxi , je ne me sentais pas bien du tout peut être que c’était à cause du soleil,ma tête me faisait mal et mon ventre aussi.

Au début, j’ai pensé que le petit-déjeuner que j’avais pris n’avait pas passé.

J’ai décidé de dormir quelques minutes peut-être qu’à mon réveil cela ira mieux ,j’étais un peu fatiguée. Mais je n’ai pas pu dormir que quelques heures avant que Julia ne revienne de l’école , j’ai été obligée de me réveiller et comme à son habitude quand j’ai enfin réussi à la coucher,j’étais vidée du peu d’énergie qui me restait.

J’étais affalée sur le fauteuil avec des douleurs au bas-ventre , mon fixe à sonner, je me suis trainée pour répondre ,c’était Arlon au bout du fil.

-MOI:« Salut rlon »

-LUI : « ça va-toi , depuis ce matin, j’essaie de t’appeler »

-MOI:« J’ai oublié mon téléphone dans un taxi ce matin , quand je revenais de chez mon père »

-LUI:« Ce n’est pas grave, demain je t’en achète un autre, d’accord »

-MOI:« D’accord merci ,cela veut dire que tu n’es plus fâché contre moi ?»

-RLON:« j’étais juste énervé mais c’est du passé, t’inquiéte pas. si je reviens on en parlera plus amplement d’accord ?»

-MOI:« ok bébé, à tout à l’heure »

-LUI:« Tu es sûre que ça va, tu as l’air fatigué »

-MOI:« En faite , j’ai juste mal au ventre depuis ce matin »

-ARLON:« quoi, pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt . J’arrive tout de suite ,je t’emmène à l’hôpital »

Avant que je réplique, il a raccroché.

Une demi-heure plus tard ,il est arrivé

-LUI:« Viens, on y va ma chérie ,j’ai appelé le médecin, il nous attend, laisse moi t’aider à te lever »

-MOI:« c’est bon, je peux marcher ,c’est juste des tiraillements que je ressens au niveau du bas-ventre »

-LUI:« Mais allons à l’hôpital c’est mieux »

Il m’a aidé à monter dans la voiture; Arlon était plus que tendu me demandant à tout bout de champ si j’allais bien, c’est comme s’il me transportait cinq ans en arrière quand j’allais accoucher Julia.

Il a fini par me stresser pour de bon, moi qui pensais au début que cela allait passer, il a réussi à me faire douter. Je commençais à avoir peur pour mon bébé.

A Lire aussi: People – Rihanna: elle fait de Chris Brown, un ami très proche

A notre arrivée à la clinique pendant que le docteur était entrain de m’examiner, Arlon n’arrêtait pas de lui poser des questions, le pauvre était dépassé , il voulait tout savoir et tout de suite.

-MOI:« S’il te plait laisse le faire son travail , tu ne vois pas que tu le déconcentre , il va être obligé de te faire sortir »

Quand le médecin a fini, il nous a reçus dans son bureau

-LUI :« vous avez bien fait de venir rapidement , ses douleurs abdominales sont fréquentes pendant la grossesse dans la plus part c’est sans gravité, il s’agit juste du syndrome de ligature pelvien ; qui se manifeste par des tiraillements au niveau de l’abdomen comme dans votre cas heureusement, mais dans d’autres cas cela peut se traduire par une grossesse extra-utérine ou un avortement. Mais votre femme va bien et le bébé se porte comme un charme. Elle doit juste se reposer pendant quelques jours et tout ira bien »

-MOI::« vous êtes sur docteur, ce n’est rien»

-LUI:« Absolument, vous allez voir une fois que vous vous reposerez, vous verrez que les douleurs vont disparaitre ; il suffit juste de vous ménager , votre corps est entrain de se modifier pour pouvoir supporter la grossesse donc vous devez l’aider, par conséquent il faut surtout éviter le stress »

-ARLON:« ah le stress, c’est son lot quotidien »

-DOCTEUR : « Vous devez tout faire pour qu’elle arrête , le stress n’est pas bon pour le bon développement du fœtus »

-RLON: « ne vous en faites pas docteur , je m’en occupe personnellement,merci pour tout docteur »

-LUI:« De rien , en sortant vous pouvez demander à ma secrétaire la date de votre prochain rendez-vous , prenez soin de vous Madame Kyungu »

-MOI:« merci docteur ».

J’ai dormi durant tout le chemin de retour, c’est Arlon qui m’a réveillé lorsque nous sommes arrivés à la maison. Il m’a demandé d’aller me reposer jusqu’à l’heure du dîner.

J’ai accepté de bonne grâce , j’étais réellement épuisée , j’avais passé une journée éprouvante. Et comme convenu il est venu me réveiller à l’heure du dîner.

-ARLON: « tu veux que je te fasse du thé, cela va t’aider à digérer »

-MOI:« Merci, c’est gentil mon amour avec un peu de sucre »

En me donnant le thé, il m’a demandé pour la vingtième fois si j’allais bien

-MOI:« je vais bien Arlon, tu as entendu le docteur ce n’est rien de grave »

-LUI:« c’est juste que j’ai eu peur quand tu m’as dit que tu avais mal au bas ventre, j’ai pensé à toute sorte de choses »

-MOI: « je sais, mais arrête de t’inquiéter , il faut juste que je me repose »

-LUI:« ah pour cela, tu le feras »

-MOI:« hey ne vas pas te transformer en despote et de me pourrir la vie »

-LUI:« non, pas te pourrir la vie mais juste te protéger, tu ne te ménages pas assez Zawadi »

-MOI:« bien sûr que je me ménage, je ne ferai jamais quelque chose qui me mettra en danger »

-LUI : «Tu détiens ta vie et celle du bébé, tu le sais ?»

-MOI:« Bien sûr que je le sais, c’est juste que tu m’énerve avec tes questions »

-LUI:« Chris écoute-moi sans t ‘énerver , tu vis sous stress quotidien , depuis que ce salaud est revenu dans nos vies pas un moment ne passe sans que tu ne penses à lui à ce qu’il pourrait faire , et si ce n’est pas lui c’est ta sœur ou ton père, tu dois faire plus attention pour le bébé , on ne peut pas toujours penser aux autres, prenons exemple d’aujourd’hui, tu as été bouleversée par les paroles de ta soeur »

-MOI:« Comment l’as-tu su ?»

-RLON:« elle m’a appelé elle-même , comme elle n’arrivait pas à te joindre, elle a eu peur que tu ne veuilles pas lui répondre »

-MOI:« hum »

-LUI:« hum quoi, arrête bébé , elle a parlé sous le coup de la colère, elle n’y pense pas un mot, ta soeur t’aime beaucoup ,des fois les gens disent des choses auxquelles ils ne pensent pas n’en tiens pas rigueur d’accord ?. Mais dans tous les cas , tu ne devais pas t’y rendre , ton père est une grande personne , il peut prendre ses décisions tout seul , je pense qu’il sait ce qu’il fait et laisse-le décider tout seul de sa vie »

-MOI:« c’est elle qui m’a supplié de venir , je n’avais pas l’intention d’y aller »

-LUI : « d’accord, mais pour la prochaine fois n’y va pas, laisse-les régler leurs problèmes tous seuls, et pense plus à toi, je veux que tu me promettes qu’à partir d’aujourd’hui, tu vas t’occuper de toi , rien que de toi , ne laisse plus personne te fatiguer , de toute façon tu as assez de problèmes à t’occuper , tu as ta famille ;des études à terminer ; et un enfant à naitre , c’est assez de responsabilités , pourquoi te fatiguer avec les problèmes des autres. Ne laisse plus personne te stresser, nul ne le mérite et puis surtout repose toi , sors que lorsque c’est nécessaire »

-MOI:«Arlon je suis enceinte pas malade , et si je te laisse ,c’est sûr que tu vas m’enfermer dans la maison »

-LUI:« si c’est nécessaire oui , tu sais que j’en suis capable, si tu perds le bébé ou qu’il t’arrive malheur, que vais-je devenir moi et Julia, penses un peu à nous, promets-moi que tu le feras »

-MOI:« d’accord, je le ferai »

-LUI:« je te fais confiance mon amour , lèves-toi maintenant, on va aller se coucher »

-MOI:« tu me traites comme un bébé hein ! »

-ARLON:« c’est normal, tu es mon bébé »

-MOI:« c’est vrai cela ?»

-LUI:« oh oui , je n’aime que toi »

-MOI:« je ne me permets même pas d’en douter »

Nous avons pris notre bain ensemble avant de nous mettre au lit

-RLON:« tu sais ce que j’aimerais qu’on fasse ?»

-MOI:« Non dis-moi »

-LUI : « Je vais prendre un congé et nous allons voyager »

-MOI:« C’est vrai et nous irons où ?»

-LUI:« Où tu voudras»

-MOI: « C’est possible que l’on sorte du pays ?, je n’ai jamais pris l’avion »

-LUI : « Bien sûr que c’est possible tout ce que tu voudras, choisis un pays qui ne demande pas de formalités administratives trop difficile »

-MOI:« d’accord, je vais prendre mon temps pour réfléchir »

-LUI : « Maintenant dors ,et je t’interdis de te lever du lit avant midi ».

Il m’a serré contre lui et j’ai senti son érection, j’ai posé ma main sur son sexe

-ARLON : « ne fais pas cela s’il te plaît !»

-MOI:«laisse moi faire quelque chose pour toi »

-LUI:« non tu es fatiguée, tu vas me faire le plaisir de dormir »

-MOI : « qui te dit que je suis fatiguée,laisse-moi te soulager ».

Comme Arlon dormait toujours nu , je l’ai juste empoigné à la base avant de commencer.

J’ai pris mon temps en le léchant de haut en bas sans oublier ses deux boules, jusqu’à ce qu’il soit tendu comme un arc. J’ai pris son sexe dans ma bouche , tout en serrant doucement ses bourses, je l’ai sucé d’une façon langoureuse et profonde, il n’a pas tardé à jouir.

D’habitude ,je prenais plus de temps pour le faire jouir, mais maintenant, je suis devenue une experte à la matière, faut dire que j’étais dans une bonne école.

-RLON:« waouhhh, tu deviens de plus en plus douée »

-MOI:« c’est que j’ai un bon professeur »

Il a ris avant de me serrer dans ses bras

-LUI:« maintenant tu dors ».

Le lendemain, je suis restée au lit jusqu’à 13h heures passées, quand je me suis levée, la bonne m’a livré un paquet affirmant que c’est le chauffeur de mon mari qui l’avait déposé, quand j’ai ouvert, c’était un joli portable accompagné d’une petite carte sur la quelle était marquée un “ je t’aime ”.

Décidément, j’étais folle dingue de cet homme.

Durant le mois qui a suivie , je me suis bien reposée du moins j’ai été forcée de me reposer , bien qu’Arlon soit au petit soin avec moi , il ne me lâchait pas d’une semelle, on peut penser qu’autant d’attention pouvait soûler, mais moi cela me plaisait énormément et j’en profitais autant que je pouvais. Ma phobie du moment, c’était la glace , et mes envies n’avaient pas d’heure ,que ce soit le matin ou tard dans la nuit.

Je n’ai pas eu de nouvelle de ma sœur depuis l’incident de la dernière fois, à part un message qu’elle m’a envoyé pour me dire qu’elle était désolée,j’avaisrépondu que ce n’était pas grave, mais j’ai choisi de ne pas l’appeler parce que quand j’avais besoin de voir Guelord ,Arlon me le ramenait. D’après moi , je méritais au moins que ma sœur se déplace pour venir me parler , malgré tout ce que nous avons vécu,je l’ai aimé sans jamais rien lui reproché.

Pour ce qui est de Rody ,il est resté plus de trois jours à la gendarmerie , je n’ai pas osé demander à Arlon, c’est Dan qui m’a renseigné.

Pour le moment, je n’ai plus de ces nouvelles du moins pour le moment.

Mes pensées ont été interrompues par les cris de Julia et la voix de son père qui la grondait, je n’ai pas voulu me lever mais comme les cris persistaient, j’ai dû me décider à me lever, Arlon était entrain de la fesser, j’étais en état de choc

-MOI:« que se passe-t-il ici »

-ARLON:« elle dit qu’elle veut aller voir sa grand-mère, je lui ai dit que je vais l’amener ce soir, mais mademoiselle veut passer le weekend , il suffit juste que tu lui dises non pour qu’elle boude et qu’elle se met à tout casser »

-MOI:« ah c’est maintenant que tu t’en rends compte, n’est-ce pas que tu ne veux pas qu’on la touche »

-LUI:« Bon, toi ça va, tu n’iras nulle part , et si jamais je te vois encore casser des choses, tu vas passer un sale quart d’heure maintenant dans ta chambre, tu es punie »

J’avais envie de rire, c’était tellement drôle, de voir Arlon tapait Julia, il ne la touchait jamais, il cédait à tous ses caprices, me faisant toujours passer pour une impitoyable mère,et je ne la corrigeais que lorsqu’il était absent.

Quand il est redescendu , j’ai essayé de garder mon calme autant que j’ai pu, mais c’était trop drôle.

-RLON:« Zawadi , je ne suis pas d’humeur, cette petite chipie a cassé mon portable »

-MOI:« je suis désolée pour ton téléphone , je t’ai dit de ne plus lui donner cela »

-LUI :«je ne comprends pas cette manie de casser les objets, mais je pense qu’elle ne fera plus »

-MOI:« je ne vais pas m’en mêler , en tout cas, cette petite a besoin de bon coups sur les fesses »

-LUI:« je pense qu’elle n’est pas la seule , toi aussi, tu en as besoin »

-MOI :« Moi, mais pourquoi , qu’est-ce que j’ai fait ?»

-LUI:« tu sais très bien ce que tu as fait , je n’ai pas pu travailler toute la journée , et je te signale que j’avais une réunion »

-MOI: Et alors ?»

-LUI : « j’ai bandé toute la journée et je te défends de rire »

-MOI:« ok , je ne vais pas rire »

-LUI: « je ne savais pas que tu étais si talentueuse ,dis-moi où est-ce que tu as appris tout cela »

-MOI:« tu es sûr que tu veux savoir ou tu préférerais que l’on monte tester ?»

-LUI:« Tout sans exceptions »

-MOI:« tout mon amour ?»

-LUI : « on attend quoi, allons tester, mais après tu as des comptes à me rendre, tu me diras où est-ce que tu as appris tout cela , mais pour l’instant montons »

Arlon m’a transportait comme un bébé jusqu’à la chambre.

À SUIVRE…

Share this:

Laisser un commentaire