premieres-vacances-couple-scaled
Spread the love

ÉPISODE 58💓

MA VIE ET MON HISTOIRE D’AMOUR💓

Je vivais dans l’attente d’une convocation devant le juge. Si je n’étais pas si confiante et si sereine , j’aurai pu le comparer à une épée de Damoclès suspendu au-dessus de ma tête , mais non la vie suivait son cours normalement, je vivais sans pression, de toute façon à quoi cela sert-il de se fatiguer pour quelque chose d’inévitable.

Tout ce que j’avais à faire , c’était de trouver un avocat, chose qui était déjà faite , et de monter un bon dossier , le reste je le laisse entre les mains de Dieu, il ne pouvait pas me faire plus de mal qu’il m’a déjà fait .

🅰rlon avait pris ses congés ,c’était la bonne ambiance à la maison , tout le monde en profitait ,et moi en première.

-ARLON:« Je vais finir par retourner au bureau , on dirait que tu ne veux pas que je reste à la maison »

-MOI:« N’est-ce pas que tu voulais prendre tes congés pour m’aider ?»

-LUI:« T’aider oui, mais pas être ton garçon de courses, il y’a des choses qui peuvent attendre ce n’est pas urgent du tout, mais tu veux que je fasse tout en même temps »

Il faisait souvent mes courses depuis qu’il est en congé.

-MOI:« En fait le problème, c’est que tu es un paresseux »

Thèse qu’il a réfuté évidemment , en riant, je lui dis qu’il pouvait se plaindre autant qu’il voulait, mais il fera mes commissions, De toute façon, c’était cela ou l’avoir constamment sur mon dos , et il y’a pas pire , il surveillait tes moindres faits et gestes , tout geste brusque pouvait nuire aux bébés. Je n’avais le droit de soulever aucun objet, même les plus légers , pour lui être en état de grossesse équivaut à une maladie.

Il me rendait tellement nerveuse que je lui ai demandé

-MOI:« tu n’as pas des amis à aller rendre visite ?»

-LUI:« non »

-MOI:« Donc va voir ta mère, je m’en rappelle maintenant ,elle demandait après toi hier ,elle dit que cela fait longtemps que tu n’es pas passé »

-ARLON:« ah bon , pourtant , je lui ai parlé ce matin »

J’ai poussé un soupir , j’étais à cours de moyen

-LUI:«Pourquoi tu veux que je parte ?»

-MOI:« il faut me comprendre, je suis contente de t’avoir à la maison, mais tu me rends nerveuse , je suis capable de prendre soin de moi, je ne suis pas un enfant »

A Lire aussi:Ma vie et mon histoire d’amour: épisode 49

-LUI:« Je n’ai jamais dit le contraire , c’est juste que je ne veux pas que tu te blesses ».

C’était dit sur un ton tellement inquiet , je me suis rendue compte qu’il avait réellement peur qu’il m’arrive quelque chose.

j’ai compris qu’il avait besoin d’être rassuré,le fait d’avoir perdu sa femme qui était presque à terme, l’avait beaucoup traumatisé , surtout qu’il s’est tenu pour responsable durant toutes ses années.

-MOI:« il ne m’arrivera rien ,Arlon aies confiance mon cœur d’accord , je te promets que je ferai très attention à moi »

-LUI:«je veux juste que tu sois en sécurité , c’est à moi de te protéger »

-MOI:« je sais, mais tout ira bien »

Il m’a tiré vers lui avant de me prendre dans ses bras pour un long câlin avant de me lâcher, il m’a

m’embrassé sur le front, mon cœur fondait à chaque fois qu’il effectuait ce geste , selon moi embrasser quelqu’un sur le front était non seulement un signe d’amour, mais aussi cela traduisait un geste de protection.

Après le dîner , j’étais couchée paresseusement sur le canapé quand 🅰rlon est venu

-ARLON :« Tu es prête ma chérie ?»

-MOI:« Pourquoi faire❓ »

Il m’a regardait avec des yeux tellement sexy, j’avais vite compris ce qu’il avait voulu dire

-MOI:« Je ne peux pas ce soir , je suis fatiguée ,en plus j’ai les pieds qui me font mal »

-LUI:« Qu’est-ce que je peux faire pour toi mon cœur ?»

-MOI:« si tu me massais les pieds , je pense que cela me fera beaucoup de bien »

Il a commencé à rire🤣

-LUI:« Fais-moi de la place »

J’ai soulevé mes pieds pour qu’il puisse s’asseoir et me les masser .

Il le faisait tellement bien qu’au bout de quelques minutes, je commençais à me détendre ; je n’arrêtais pas de faire des petits bruits il me massait les orteils jusqu’aux chevilles.

-MOI:« Hum cela fait du bien »

-LUI:« Je sais tu ne peux même pas t’empêcher de ronronner »

-MOI:« Hey je ne suis pas un chat »

🅰RLON:« Oh si , tu fais comme eux quand on leur caresse le ventre , en plus tu es mon chat »😂

-MOI:« En tout cas ne t’arrête pas cela me fait un bien fou ».

J’en profitais toujours , des fois même, je m’endormais ainsi.

-LUI:« Chris ,ses derniers jours je ne te vois jamais ouvrir tes cours »

-MOI:« j’essaie mais je finis toujours par m’endormir »

-LUI:« je sais que ce n’est pas facile mais tu dois faire des efforts , c’est la dernière ligne droite ,je sais que tu peux le faire »

-MOI:« si tu savais comment je me sens par moment ; je n’en peux plus , tout ce que je veux c’est d’accoucher le plus rapidement possible , afin de retrouver une vie normale »

-LUI:« c’est presque fini ma puce ».

Arlon avait raison , je n’arrivais plus à réviser normalement ; à chaque fois que j’ouvrais les cahiers , je tombais de fatigue , je n’arrivais même plus à prendre soin de moi ; des fois c’est Arlon qui m’aidait à me laver.

J’espérais accoucher le plus rapidement afin de me consacrer à mes examens finaux, heureusement que c’était pas pour maintenant.

Quelques jours plus tard , j’étais seule à la maison avec ma fille entrain de cuisiner quand je me suis rendu compte qu’il me manquait du lait et plein d’autres choses ,et comme Arlon n’était pas à la maison , j’ai décidé de me rendre au supermarché comme cela, je pourrai en profiter pour faire les courses de la maison.

J’ai emmené la petite avec moi , je faisais tranquillement mes achats déambulant dans les rayons avec ma fille à côté de moi ,quand je suis tombée sur la mère de Rody accompagnée aussi de sa fille qui ressemblait trait pour trait à ce dernier et à ma fille.

Je ne pouvais plus faire demi-tour sans avoir l’air de fuir , du coup, j’ai continué d’avancer sans me préoccuper d’elles , je tenais mes achats d’une main et Julia d’une autre.

Je les ai dépassées de deux pas quand j’ai senti quelqu’un me touchait le bras , comme j’ai continué d’avancer sans me retourner , elle m’a tiré par le bras m’obligeant à me retourner.

-MOI:« Qu’est-ce que vous me voulez ?»

-ELLE:« Ce que je veux , eh ben, c’est simple , rendez à mon fils sa vie »

-MOI:« Je ne la détiens pas »

-ELLE:« oh si , tu la détiens , tu lui as complètement gâché sa vie , depuis qu’il t’a rencontré, il ne connaît que des déboires , tu es pire qu’un virus ».

Ne voulant pas entendre davantage ,j’ai continué mon chemin ,mais c’était sans compter avec sa détermination , elle est venue me barrer le chemin

-ELLE:« tu n’iras nulle part ,tu vas m’écouter avant d’y aller »

« Maman s’il te plaît calme-toi , et laisse là tranquille » c’est sa fille qui venait de parler.

-ELLE:«Cette fille est l’artisan de tous les malheurs de ton frère , tu ne la connais pas, c’est avec elle qu’il a fait un enfant »

La fille m’a dévisagé pour finir par porter son regard sur ma fille ,elle avait l’air surpris , elle a tendu la main pour lui caresser la tête ; je voulais lui dire de ne pas toucher à la petite quand j’ai vu qu’elle était émue , elle avait l’air sincère.

-MOI:« Poussez-vous de mon chemin , je vais partir , je ne veux pas de scandale »

-ELLE:« et si je refuse , tu vas me faire quoi , je vais te faire plus qu’un scandale. Non seulement, tu interdis à mon fils de voir sa fille, mais en plus de cela, tu le maraboutes pour qu’il soit malheureux , ne me regarde pas ainsi faisant celle qui ne connaît rien alors que tu es au courant de tout , tu l’as marabouté jusqu’à ce qu’il perde sa femme et maintenant, c’est autour de son boulot , je sais que tout cela est ton œuvre »

-MOI:« ah bon ,j’ai fait tout cela ?»

-ELLE:« oui ,j’ai compris ton jeu , tu joues à l’innocente alors que tout tu es tout ce qu’il y’a de plus mauvaise sur terre , mais sois prête, je ne te laisserais pas gâcher la vie de mon fils. Tu es une femme mauvaise et rancunière ,tu es qui pour ne pas pardonner, tu n’as même pas honte d’utiliser un enfant pour faire du mal à mon fils ‼».

Je l’écoutais déverser toute sa rancune , heureusement que Julia est partie vers le rayon des jouets , j’ai remercié Dieu au fond de moi, elle n’avait pas à entendre cela, j’écoutais cette vieille folle tout en gardant un œil sur mon enfant.

-MOI:« vous avez fini , sachez que je m’en fous royalement , qu’il perde sa femme ; son boulot ;il n’a qu’à crever pendant qu’il y est, alors le seul regret que j’ai, c’est de ne pas réellement être l’artisan de ses malheurs comme tu dis , dites-vous que si c’était vraiment mon œuvre , vous ne serez même pas là pour en parler »

-ELLE:«Je sais que votre plus grand souhait, c’est qu’il meurt, mais Dieu est plus grand que vous !»

-MOI:« Comment le savez-vous et puis arrêtez de parler de Dieu , tu ne connais pas Dieu‼»

« Maman s’’il te plaît ,tu vas attirer l’attention des gens sur nous » C’est sa fille qui parlait,lui suppliant d’arrêter

-ELLE:« et après, tu ne l’entends pas avouer qu’elle souhaite la mort de ton frère, je m’en fous que les gens nous entendent, elle ne mérite que cela »

-MOI:« Évidemment que le scandale ne vous dérange pas, le contraire m’aurait étonné de vous, votre fils est à votre image , vous êtes d’une telle bassesse , maintenant si vous avez fini de déverser votre venin , je vais partir et si vous me retenez encore , je ne répondrais plus de moi ‼»

-ELLE:«Tu peux partir, mais dis toi que je n’ai pas fini avec toi , ne pensez pas ton voyou de père et toi que vous pouvez l’empêcher de vous emmener devant le tribunal, lui faire perdre son boulot ne résoudra pas vos problèmes , s’il n’a pas les moyens de le faire , je le ferai pour lui , j’ai suffisamment d’argent pour le faire, et je maudis le jour où tu es entré dans sa vie »

-MOI:« je m’en fous faites ce que vous voulez et encore une fois je vous demande de rester loin de moi, sinon je porterais plainte contre vous»

Je suis partie prendre ma fille pour partir , j’ai atteint la caisse en un temps records, heureusement que le supermarché n’était pas rempli, les rares personnes présentes me dévisageaient; c’est sûr qu’ils avaient entendu les cris de cette vielle folle.

Arrivés au niveau du parking Julia m’a demandé

-JULIA :« Maman c’était qui la dame❓»

-MOI:« Cette dame m’a chérie c’est une lointaine connaissance de maman »

Le chauffeur était en train de ranger les courses quand j’ai vu sa fille(la soeur de Rody ) venir vers nous en courant , j’étais déjà sur mes gardes

-ELLE :« Excusez-moi »

-MOI:« Oui, vous me voulez quoi encore ?»

-ELLE :« Doucement , je ne vous veux aucun mal »

-MOI:« donc que voulez-vous ?»

-ELLE:« Je voulais m’excuser pour le comportement de ma mère , elle n’avait pas le droit de vous traiter ainsi »

-MOI:« Si vous avez fini , vous pouvez partir alors ».

Elle a voulu toucher Julia mais cette fois-ci, j’ai été plus rapide qu’elle, j’ai tiré ma fille vers moi, je ne voulais pas qu’elle l’approche , je ne la connaissais pas, rien ne me disait si ses propos étaient vrais ou pas ; tout ce dont je me rappelais, c’est que Rody m’avait dit qu’il avait une sœur qui vivait aux états unis. Avec toutes les mésaventures que j’ai vécu avec cette famille , il fallait prendre leurs dire avec des pincettes.

J’ai mis ma fille dans la voiture ,je ne voulais pas qu’elle la touche davantage, elle a hésité avant de me dire

-ELLE :« Je ne suis pas votre ennemie , je n’ai su l’existence de la petite que tout récemment , ils m’avaient caché toute la vérité , je condamne fermement l’attitude de ma famille , je suis désolée pour toi et la petite »

-MOI:« Qu’est-ce que cela change ?»

-ELLE :« rien évidemment, c’est juste que je veux que tu saches que je n’ai jamais su l’existence de la petite ,d’ailleurs, je ne sais pas comment mon frère a pu faire cela , à voir cette enfant, on ne peut douter qu’il soit de lui »

-MOI:« Tout cela c’est du passé , ce n’est plus important maintenant , tout ce que je veux c’est que vous restez loin de nous. Maintenant excusez-moi, je dois partir ».

Je suis montée dans la voiture sans attendre sa réponse

Durant tout le chemin du retour ,je ne cessais de méditer sur les paroles de la mère de Rody, je voulais savoir quel est le rapport entre la perte de son boulot et mon père.

Lorsque je suis arrivée chez moi, 🅰rlon n’était pas encore à la maison.

J’ai pris mon téléphone pour appeler mon père ,à la troisième sonnerie il a décroché

-MOI:« salut papa, comment tu vas ?»

-PAPA:« je vais bien ma chérie ,et toi ?»

-LUI:« ça va , dis-moi, tu es chez toi ?»

-LUI:« oui , je suis à la maison, mais j’étais sur le point de sortir , tu as besoin de moi ?»

-MOI:« oui mais ce n’est pas urgent, je peux attendre ton retour »

-LUI:« je risque de revenir tardivement, ce que l’on va faire, c’est que je vais passer chez toi d’ici ce soir ,cela t’arrange ?»

-MOI:« oui merci papa ,à tout à l’heure »

J’ai raccroché le téléphone , j’étais toujours secouée par ma rencontre avec cette femme, finalement je me demandais si j’aurais la paix un jour à cause de cette famille. Je vais finir par porter plainte contre eux pour harcèlement et demander au juge une injonction de ne plus s’approcher de moi.

À SUIVRE…

Laisser un commentaire