dispute-de couple
76 / 100

Lucien: hey bonjour bébé. Ça va ? Me demande-t-il en se rapprochant de moi sur le lit, torse nu et un short de plage pour seul vêtement….(Shanice prête à tout pour réussir)

Shanice prête à tout pour réussir.

Chapitre 11.

Ma tête est un grand tourbillon, je n’arrive pas à mettre un pied au sol et pourtant Lucien lui est déjà debout sur son ordinateur. La nuit d’hier à été pour une moi une grande expérience, j’ai pour la première fois touché à la drogue et c’était à la fois excitant, malsain et plaisant.

Lucien à roulé un billet de cent euro l’a placé sur l’une des lignes et à aspiré la substance d’une narine en bouchant l’autre. La minute d’après ses yeux avaient changés, ses pupilles étaient dilatées, il souriait et en quelques secondes j’ai vu un changement radical en lui.

 Il avait l’aire heureux, détendu et doux. Il m’a ensuite donné le rouleau. J’ai hésité, paniqué mais avec ses encouragements et mon objectif en vu, je me suis penché sur la table et j’ai tiré sur la ligne blanche.

 J’ai d’abord ressenti comme un coup dans la nuque, j’ai toussé puis l’instant d’après je me suis senti comme transporté dans les airs. Je voyais tout en rose, je me suis mise à rire bêtement et j’étais toute émoustillé. Nous avons pris encore une ligne chacun et bu du whisky avant d’entrer en transe. Je ne me souviens plus de grand chose juste que nous avons baisé comme des lapins et que c’était magique.

Lucien: hey bonjour bébé. Ça va ? Me demande-t-il en se rapprochant de moi sur le lit, torse nu et un short de plage pour seul vêtement.

Moi: hm…J’ai mal à la tête Lucien. Je ne me sens pas bien. Dis-je en me touchant le front.

Lui: Ça va aller. Tu as envie de vomir?.

Moi : Non… Je me sens juste fatigué. Dis-je en massant mes tempes.

Lui: attends.

Il se dirige vers la table récupère des cachets et une bouteille d’eau puis reviens vers moi et me les tends. J’hésite avant de les prendre on ne sait jamais, ça pourrait être une autre drogue.

Lui: Vas-y bois,ça va calmer les migraines. C’est normal c’est première fois mais tu vas t’habituer.

Hum, qui lui à dit que j’en veux encore ? Mais en même temps j’ai déjà fait un pas en avant, plus de choix. J’avale les comprimés et Lucien s’en va pour revenir plus tard avec un déjeuner.

Je me sens beaucoup mieux, les cachets ont fait effet,j’ai pu avaler un truc et me voici donc dans un restaurant avec Lucien pour attendre des partenaires selon ce qu’il m’a dit.

Lui: Comme je te disais tu vas rencontrer mes partenaires d’affaires ici au Cameroun. Peut-être tu auras à traiter avec eux à l’avenir. Tu ne dis rien tu observe juste d’accord ?

C’est la énième fois qu’il me le répète. Je ne suis pas bête j’ai compris monsieur!.

Moi: Oui. Dis-je pour seule réponse.

Nous sommes dans un chic restaurant discret à la clientèle sélectionnée d’après ce que j’ai pu constater. Il à commandé une bouteille de vin rouge pour nous et pianote tranquillement son téléphone.

Dix minutes plus tard, deux hommes viennent à notre rencontre tous vêtu simplement en tenue de ville. Ils sont noirs,un est assez costaud et grand de taille et l’autre est plus mince avec une apparence d’intello. Hum le dehors est gâté, on pourrait lui donner le bon Dieu sans réserve et pourtant…

Lucien: Comment vous allez, Pat et Hassan?

Pat et Hassan sont donc là leurs prénoms. Ils se saluent comme des potes puis les deux hommes prennent place à nos côtés.

Lucien: Pat je te présente Shanice ma nouvelle pierre précieuse. Dit-il en s’adressant au costaud.

Lui: Enchanté Shanice. Dit-il simplement en hochant la tête.

Moi: idem.

Lucien : Hassan, shanice. Dit-il en s’adressant à l’intello.

Lui: Bienvenue Shanice.

Moi : Merci.

Il m’a l’aire bien plus sympa que l’autre Pat qui se la joue à la James bond.

Lucien: Bien comme je vous disais le dernier écoulement de stock à été un succès je suis très content les gars. Si nous continuons sur cette lancée le prochain stock sera aussi vite écoulé. Plus vite nous allons, plus vite le cash entre.

A Lire aussi: People: après son rapprochement avec Tristan Thompson, Köhler Kardashian optimiste

Pat: Les contacts de ton tip là ont beaucoup joués en notre faveur, il prennent en gros. Rétorque t-il

Hassan : Ah ça ! Nous devons juste les persuader de se fournir chez nous désormais et le tour est joué !.

Lucien: Oui mais ce ne sera pas très facile. Vous savez que quitter d’un dealeur habituel à un autre n’est pas évident donc seule la qualité du produit sera notre avantage.

Hassan : En effet.

Ils discutent encore des longues minutes ensemble de leur business sale auquel je ne comprends pas grand chose. Pour m’évader je me plonge dans mes pensées et refais le film de tout ceci. Je n’aurais jamais imaginé qu’une sortie de chasse m’aurait conduit à la rencontre d’un petit cartel en plus ici au Cameroun, moi qui pensais que cela ne se faisait que chez les blancs me voici qui y entre ici à Limbe.

 Est-ce vraiment une bonne idée ? Dois-je poursuivre ? Je me suis déjà trop impliqué pour rebourser chemin. J’ai entendu dire que ce style de mec sont très dangereux une fois signé un pacte avec eux c’est jusqu’à la gare. Je commence un peu à regretter mon choix d’hier nuit aurais-je signé un pacte avec le diable? Mon Dieu aide moi juste à rester en vie.

La discussion enfin terminée, les deux hommes font leur au-revoir et s’en vont nous laissant là.

Lucien: Bien shanice, tu vas devoir passer le test plus vite que prévu. Stephie à eu un empêchement et n’a pas pu venir à Limbe tu vas devoir la remplacer.

Hein? Il à bien dit Stephie ? La même de l’hôtel ? Celle avec qui on à?….

Moi : Stephie ?

Lui : Oui la Stephie que tu connais elle travaille également avec moi.

Moi: hum… J’aurais dû m’en douter. Et en quoi je vais devoir la remplacer ?

Lui: J’aime ton enthousiasme bébé. Ce sera très simple. Je vais te conduire à un casino ce soir, tu vas tout simplement t’asseoir à une table, observer les gens jouer comme une fille de joie bref c’est ce que tu es donc tu n’auras pas trop de mal sauf que ce ne sera pas pour pêcher mais pour livrer. Tu n’auras pas à aller de table à table ils viendront à toi.

Je veux que tu garde ton calme, sois décontractée et professionnel. Ne te fais pas remarquer, quelqu’un t’approche te donne un code à l’oreille tu sors un des petits sachets qui seront dans ton sac et tu le lui donne discrètement….

Discrètement Shanice avec tact sans te faire remarquer. Pat sera là pour assurer que tout se passe bien mais tu ne devras en aucun cas faire mine de le connaître. Est-ce que tu as compris?

J’ai suivi attentivement son monologue. J’aime le goût de l’aventure, l’adrénaline et je veux me jeter à l’eau pour tester moi même mes compétences.

Moi: Parfaitement Lucien.

Lui: Super. Dans ce cas rentrons il faut que tu te prépare tu devras faire tes preuves,si tu réussi tu auras un grand cadeau.

Moi: Comptes sur moi.

De retour à l’hôtel, nous avons fait l’amour encore et encore. Lucien est un vrai insatiable côté sexe il ne s’en rassasie jamais et honnêtement ça ne me dérange pas par ce qu’il le fait très bien en plus je suis au petit soins.

J’ai discuté un peu avec mon amie Nicole tout en évitant de lui parler de ce que j’avais ou allais faire, Lucien m’a formellement interdit de parler de ça à qui que ce soit au risque de découvrir son mauvais visage. Son ton menaçant m’a dissuadé de lui désobéir.

Il est vingt-et-une heures lorsque je sors de la douche un peu épuisé. Il est temps pour moi de me préparer à aller en mission. On dirait un film de mafia,si on m’avait dit qu’aujourd’hui je serais plongé dans une histoire pareille je n’aurais pas cru et pourtant me voilà. Lucien à sorti le grand jeu, il m’a acheté une nouvelle robe noire,moulante qui épouse à la perfection mes formes. Je suis à tomber dans ce bustier qui remonte mes beaux seins.

J’aime tellement me regarder dans une glace que je ne sais pas ce que je ferais si un jour il m’arrivait un accident. Je me maquille sombre et enfile les bijoux que j’ai prise avec moi, un petit coup de parfum et me voilà prête pour le casino. Lucien me prend par la main et me fait asseoir sur le lit, il sort ensuite des petits sachets de poudre comme celui de la veille;

Lui : Voilà onze sachets de poudre Shanice pour dix clients. Le dernier sera pour toi ou alors pour un client que tu trouveras toi même. La balle est dans ton camp. Rends moi fière bébé, je sais que tu peux le faire. Je ne t’ai pas repéré par hasard j’ai le flaire. Dit-il en mettant les sachets dans mon petit sac à main.

Moi: Tout ira bien. Dis-je pour seule réponse.

Lui: Allons-y.

Nous prenons donc la route pour le casino situé au centre ville de Limbe. La ville est encore plus belle dans la nuit. Durant tout le trajet je n’arrête pas de réfléchir, je stresse un peu mais surtout je sens cette adrénaline monter en moi le goût du risque. Je dois absolument réussir pour pouvoir prouver à tout le monde qui je suis vraiment, Shanice né pour briller.

Nous arrivons au dit endroit, Lucien me donne des derniers conseils puis me laisse. Je prends un grand bol d’air et pénètre dans le bâtiment. C’est très impressionnant le décor est chic à couper le souffle, peu bondé seuls des grosses têtes se trouvent ici.

N’ayant pas le temps de jouer les admiratrice, je cible une chaise haute dans le coin bar où je vais prendre place et commande une conso de whisky comme me l’a demandé Lucien. À peine je me suis assise que je remarque déjà des yeux sur moi, les hommes toujours prêts à bondir comme des chiens enragés.

La soirée bâts son plein, je contemple les gens jouer d’un œil discret devant ma deuxième conso de whisky. Je commence à me demander si vraiment quelqu’un va m’aborder puisque ça fait plus d’une heure que je suis là.

Je sors donc mon téléphone et essaye de me distraire en jouant à candy crush. Lucien m’a interdit de l’appeler, selon lui je dois pouvoir me débrouiller toute seule. Une présence masculine me fait lever la tête de mon téléphone, je découvre à mes côtés un homme noir d’une quarantaine d’année environs, des lunettes sur le nez, une boule à zéro vêtu d’un ensemble trois pièces. Il sent le fric à distance celui-là c’est mon style de pigeon net quand je sors pour chasser. Il à un verre de whisky à la main.

Lui: Bonsoir poupée. Lance-t-il d’une voix rauque.

Moi: Bonsoir. Répondis-je forçant un sourire.

Lui: Jackpot?

Jackpot, c’est là le code dont m’a parlé Lucien pour reconnaitre un client il doit me donner le code jackpot. Hum le père ci se drogue ? Mama chaud comme il est là ? On dirait un ministre, il est marié vu l’anneau à son doigt et certainement père d’enfants!.

C’est incroyable ça. Je me reprends en main et discrètement plonge la main dans mon sac sur mes cuisses et tire un sachet que je lui donne en faignant une poignée de main. Il glisse ensuite sa main dans la poche de son pantalon et vide son verre avant de me donner sa carte de visite certainement pour faire croire à une drague puis s’en va.

Je ressens une pointe d’excitation, je viens de faire mon premier deal. Je reprends confiance et attends patiemment. Vingt minutes plus tard, un autre homme m’approche mais celui-ci est plus jeune, il à tout d’un muna boboh (fils de riche). La marque sur ses vêtements décontractés et ses bijoux. Lui aussi me donne le mot de passe Jackpot et je lui file un sachet.

Il s’enchaîne un défilé d’hommes tous différents les uns des autres, chacun son approche pour récupérer son sachet. D’autres faisant mine de venir commander un verre,me faire la cours ou encore me suivre au toilettes.

Tout se passe bien jusqu’à ce qu’il ne me reste plus qu’un sachet le onzième. Que dois-je en faire? Devrais-je trouver de moi même un client? Ou le garder ? Ne voulant pas prendre de risque et trop épuisé après avoir passé prêt de quatre heures de temps ici, je décide de le garder pour moi et m’en aller. Je suis un peu torché à force d’avaler des conso de whisky.

Alors que je sors du casino quelqu’un vient à moi, je reconnais immédiatement Pat le dit partenaire de la journée. Il fait style de me draguer et me conduit à une Mercedes. Il démarre et roule jusqu’à mon hôtel avec Lucien. Il me souhaite une bonne nuit et me laisse monter.

Je suis fatigué et pour premier reflex retire mes talons hauts pour les balancer quelque part dans la pièce. Un besoin fou de faire usage de mon sachet me tient alors je ne me fais pas prier et fouille dans mon sac. Comme j’ai vu Lucien faire hier,

je verse la cocaïne sur la table et trace deux lignes avec un billet de l’argent qui est resté dans mon sac. Je roule ce même billet et aspire la poudre qui à nouveau me frappe dans la nuque, sans perdre de temps je renouvelle le processus avec l’autre ligne et me laisse tomber contre la table.

L’instant d’après je me sens transporté dans une autre sphère, détendue, joyeuse voilà ce qu’il me fallait. J’ai le temps de voir Lucien entrer dans la pièce avant de me déshabiller pour aller à sa rencontre puis c’est le troue noir.

À suivre……

Share this:

Laisser un commentaire