Vie-couple-africain
Spread the love

Je vais aller droit au but, je t’observe depuis un bon bout et j’ai quelque chose à te proposer, quelque choses qui te plaira sûrement… (Suite de Shanice prête à tout pour réussir)

Shanice prête à tout pour réussir.

Chapitre 26.

Cinq jours déjà que je travailles dans le même bar que Patrick. Mon entretien s’est très bien passé, monsieur pierre est vraiment quelqu’un de gentil car malgré l’histoire montée de toutes pièces avec l’aide de Patrick que je lui ai raconté pour justifier le fait de n’avoir pas de papiers il m’a donné la chance d’exercer dans son bar.

Ainsi donc je vais au boulot depuis cinq jours en compagnie de mon nouvel ami, mon travail consiste à nettoyer les tables, chaise, les ranger et servir.

N’ayant pas beaucoup de temps j’ai très vite commencé à user de mes charmes féminins pour attirer le regard des clients sur moi à fin de récolter le plus de pourboires possible et ça fonctionne.

A Lire aussi: People: les causes du divorce entre Cardi B et Offset enfin connues

Il faut le dire je suis une très belle femme difficile à ignorer en plus il n’y avait jamais eu de serveuse dans cet endroit avant juste des serveurs. En ce qui concerne mon business je l’ai officiellement lancé il y’a trois jours et je dois avouer que ça passe on dirait que la chance est de mon côté cette fois, je ne peux qu’être reconnaissante.

Le premier client à qui j’ai proposé la drogue était un quarteron que j’avais remarqué, il venait en après-midi repartait puis revenait aux heures de fermeture et sachant reconnaître une personne qui se drogue j’ai tout de suite vu des signes. C’est ainsi que j’ai décidé de l’aborder.

Flashback;

Je m’avançais vers lui pour déposer sa commande que j’avais enregistré en deux jours. Il fut surprit de voir qui je l’avais servis sans demander, ça c’était une technique d’approche pour lui faire comprendre que je m’interagissais lui.

N’ayant plus que quelques trois clients à servir, je terminais de m’en occuper tout en soutenant le regard du beau métis qui m’observait attentivement. Je fis ensuite mine de nettoyer la table juste à ses côtés pour entamer une discussion discrète loin de l’œil surveillant de Patrick.

Moi ; Salut beau gosse. Disais-je sans même savoir s’il parlait français.

Grande fût ma surprise et ma joie lorsqu’il me répondit en français.

Lui : Salut jolie demoiselle. Répondit-il.

Moi : Toujours seul à ce que j’ai constaté ? Lançais-je en feignant de passer le torchon sur la table en bois

Lui: Loup solitaire oui.

Moi : Je vais aller droit au but, je t’observe depuis un bon bout et j’ai quelque chose à te proposer, quelque choses qui te plaira sûrement.

Lui ; Ah oui? C’est quoi ?

Moi: De quoi te faire planer en hauteur.

Je lu de la surprise et de la méfiance dans ses yeux qu’il plissa légèrement, ce qui lui donnait un joli petit minois.

Lui : Je ne vois pas de quoi tu parles. Dit-il sur la défensive.

Moi: Shut calme toi bébé, je ne suis pas là pour te causer des ennuies t’inquiète. Je sniff moi aussi et je sais reconnaître quelqu’un qui en prend un peu comme toi. Je voudrais faire du business en douce à bon prix, et crois moi c’est de la bonne.

Ce sera notre petit secret…. Puis qui sait si tu es gentil et que tu en parles à des potes en solo je pourrais te faire une petite faveur. Dis-je en exposant un peu plus ma poitrine tout en caressant sa cuisse.

Il plongea son regard dans mon décolleté, je passa ma langue sur mes lèvres et lui fis un clin d’œil. Après une minute de silence il répondit finalement.

Lui : Si et seulement si ça reste vraiment discret et rassure toi si jamais je m’aperçois que tu veux me jouer un sale tour je te ferais égorger comme du bétail. Compris ? Demanda-t-il en pressant ma cuisse de sa main.

Moi: Bien reçu.

C’est ainsi que j’ai gagné mon premier client qui par la suite m’en à ramené d’autres et ce dans la discrétion totale. Comme promis nous avons entamés une relation sexuelle lui et moi. Les clients avaient un code reçu qui était mon éternel “Jackpot”.

Une fois que je venais prendre une commande et qu’un client mentionnait jackpot je savais qu’il voulait un petit sachet alors en venant servir je faisais glisser un sachet sous son verre. J’avais commencé à faire mes petits sachets toute seule vu que Lucien m’avait remit un gros paquet.

Je m’étais rendu au petit centre-ville pour trouver un point d’envoi d’argent au Cameroun pour transférer ce que j’avais économisé à Nicole c’est ainsi que je m’étais renseigné sur où et comment obtenir des petits sachets semblables à ceux dans lesquelles viennent des petites quantité de levure chimique.

Une fois que j’ai pu m’en procuré, je m’étais mise au travail pesant chaque gramme de cocaïne à l’aide de la balance de cuisine donc disposait Patrick en son absence. C’est ainsi que je faisais mes petits sachets avec une précaution et une discrétion absolue.

La petite Shanice était vraiment morte j’étais devenue la pro du deal, je me faisais mon petit bénéfice par sachet, ça aurait pu être négligeable pour certains mais une fois accumulé et calculé en franc CFA laissez moi vous dire que ce n’était pas rien.

*******Fin du Flashback.******

Il ne me reste plus qu’une semaine pour écouler un peu plus de la moitié de ce qu’il me reste en stock et la vitesse à laquelle j’aimerais avancer n’est pas celle à laquelle j’avance.

Lucien se rapproche un peu plus de moi, je peux le sentir tant je suis prise de frissons depuis hier. Lundi est mon jour de repos, j’ai reçu ma paye de la semaine dimanche donc hier et je me suis rendu à l’agence pour envoyer de l’argent à nouveau.

Je ne peux pas avoir de téléphone pour le moment j’ai plus de priorité que ça alors je continues à utiliser de temps en temps celui de Pat. Je compte bien me reposer un peu aujourd’hui et faire le ménage.

La nuit tombée, Patrick rentre plus tôt et me trouve encore éveillé, couché sur le canapé devant la télévision. Sa mine n’est pas joyeuse et son bonsoir étouffé.

Moi: Quelque chose ne va pas Pat? Demandai-je en me redressant.

Il se débarrasse de son pull et va dans le coin cuisine, sort une bière de son frigo et vient prendre place à côté de moi. Il avale deux grandes gorgées avant de porter son regard sur moi.

Lui : les clients t’ont beaucoup demandés aujourd’hui. On dirait bien qu’ils ne peuvent plus se passer de la jolie serveuse.

Je souris juste.

Moi: Difficile de bouder maman hein.

Lui: Uhum. Shanice j’espère que tu ne fais rien de spéciale avec ces clients? Demande-t-il fronçant les sourcils.

Moi: Que veux-tu insinuer par là ? Que je couche avec ces clients?.

Lui: Non. Shanice un serveur avant toi s’est fait prendre ainsi parce qu’il faisait passer des trucs dans le bar, je veux dire j’espère que ce n’est pas ton cas parce qu’il était très demandé lui aussi par les clients.

Mon cœur tombe presque dans le ventre. Patrick à des soupçons sur moi, ce n’est pas bon signe ça. Il faut que je sois plus prudente sinon il risque de découvrir ce que je fais en douce.

Moi: Je t’ai dis que je ne ferais jamais un truc qui pourrait te mettre en danger. En fait ces clients veulent tous coucher avec moi et pour être poli, je leur donnes des faux rendez-vous c’est tout. Menti-je.

Lui: Hum, je l’espère. Dit-il buvant à nouveau de sa bière.

Moi: Pat tu doutes de moi?

Lui; Je n’ai pas dis ça Shanice, juste sois prudent et ne gâche pas ta chance.

Moi: Okay. Je vais aller me coucher, bonne nuit.

Lui: Bonne nuit.

C’est dans un atmosphère glacial que la nuit passe jusqu’au lendemain matin. Je fais le petit déjeuner que nous prenons sans presque dire un mot.

Dans l’après-midi nous allons ensemble au travail et chacun fait son travail de son côté, bien évidemment je continue ma petite affaire tout en essayant de persuader le plus de clients de prendre le double de leur dose histoire d’accélérer le processus.

J’ai vraiment le feu aux fesses, je stress sentant la date approcher et Lucien tout près. La journée terminée, je m’avance laissant Patrick finir ses comptes.

A Lire aussi: People – Rihanna: elle fait de Chris Brown, un ami très proche

J’ai un très mauvais pressentiment je ne sais pas pourquoi même mon appétit je l’ai perdu et pour me soulager je sors fumer une cigarette ensuite je vais prendre un bain direction le lit.

Je suis réveillé par une secousse, j’ouvre les yeux péniblement et c’est Patrick au dessus de ma tête.

Lui ; Désolé de te réveiller, mais il faut qu’on parle. C’est très urgent.

Aussi tard ? Est ce qu’il veut me demander de m’en aller de chez lui? Seigneur où irais-je, ne me fait pas ça. Je me lève malgré moi et le suit jusqu’au salon. Il me demande de m’asseoir ce que je fais puis il prend la parole.

Lui : Shanice tu m’as menti en me regardant droit dans les yeux pourquoi ? Demande-t-il énervé.

Je suis perdu, c’est une drôle de manière d’entamer une conversation.

Moi: De quoi tu parles ? Demandai-je perdu.

Lui : Arrêtes ton jeu. Tu vends de la drogue dans le bar, tu es une dealeuse!!! Comment tu as pu ? Alors que je t’ai tendu la main sans réfléchir, tu m’as utilisé Shanice ! Crie-t-il.

Moi ; D’où tu sors ces histoires Pat? Je te promets que tu te….

Lui ; Stop! J’ai demandé à un ami de t’observer et il t’a très bien vu glisser des petits sachets sous les verres de certains clients alors arrêtes de mentir bon sang. Tu m’énerves !. Lance-t-il en frappant sa main sur la table.

Je ne peux plus nier il sait tout à quoi bon continuer à mentir ?

Moi: D’accord, tu as raison Patrick c’est vrai je l’avoue je deal mais ce n’est pas ce que tu penses. Je ne suis pas une mauvaise personne, je ne t’ai pas utilisé je te promets. Dis-je en joignant mes mains devant moi.

Lui ; Ah non? Et selon toi comment appelle-t-on ce que tu as fais dis moi!

Moi; Patrick il va me tuer, si je ne liquide pas cette drogue, Lucien va me tuer tu comprends ça Pat il va me tuer. Dis-je en craquant en larmes.

Il se calme un moment et reprend son sang froid.

Lui: Qui est Lucien?

Moi: Celui dont je t’ai menti que c’était mon copain. En réalité il m’a fait venir ici et ce n’est que là qu’il m’a parlé de la drogue.

Il à prit mon passeport, m’a abandonné ici avec deux kilos de drogue et ne m’a donné que deux semaines pour l’écouler sinon il reviendra ici pour me tuer et renvoyer les morceaux à ma mère au Cameroun. Patrick tu dois me croire, tu comprends maintenant pourquoi je pouvais rien te dire? Tu m’aurais aidé si je te l’avais dis? Sincèrement ?.

Il ne répond rien et passe sa main sur son visage fixant le sol.

Moi: Je ne ferais jamais rien qui puisse te mettre en danger c’est pourquoi je prends des précautions pour être discrète. Pardonne moi mais c’est le seul moyen que j’ai trouvé. Je ne veux pas mourir Patrick.

Lui: Tu m’as déjà mis dans la merde. Si mon patron apprend ça tu sais ce qui pourrait m’arriver? tu es égoïste, tu ne penses qu’à toi. Vraiment mes sœurs camer et l’argent. Dit-il en tapant une seconde fois sur la table.

Moi: Dans ce cas que vas-tu faire? Me mettre dehors je suppose .

Lui : J’ai passé des jours avec toi et je sais reconnaître une bonne personne. Tu t’es juste laissé entraîner dans une mauvaise histoire. Je ne sais pas encore comment je pourrais t’aider mais je verrais. Tu ne peux pas continuer à dealer dans mon lieu de service je ne peux pas le permettre tu comprends ?

Moi: Je comprends mais je n’ai pas de temps Patrick. Lucien sera là en fin de semaine.

Lui: Laisses moi la journée de demain pour réfléchir. Tu m’as vraiment déçu Shanice sache le, une fois qu’on aura trouvé comment écouler ta saleté tu devras partir des chez moi, je ne peux pas risquer la prison pour toi.

Sa phrase me fend le cœur mais c’est vrai, je ne peux pas lui demander de se mouiller avec moi je n’ai pas le droit de lui imposer ça.

Moi: Je te comprends parfaitement.

Il remet son pull et s’en va me laissant là toute seule en larmes. Je n’ai jamais un vrai moment de joie ni de paix, quelque heures et après bam! Bonjour les problèmes. Je suis maudite c’est une évidence. Je finis par rallumer la télévision jusqu’à ce que je trouves enfin le sommeil.

*******Le lendemain********

Midi et aucune trace de Patrick, j’engoisse j’ai envie de sortir dans la rue pour le chercher. Où a-t-il passé la nuit? A-t-il trouvé une autre solution à ma situation ?

Je n’en peux plus de tourner en rond. Les cigarettes enchaînées ne m’aident pas non plus, j’aimerais sniffer une ligne mais je ne peux pas tout est calculé, absolument tout. Je vais me servir une bière au moment où la porte s’ouvre sur Patrick et un inconnu.

À première vue je panique complètement et s’il avait ramené la police pour m’arrêter?. Je referme le frigo et malgré la peur qui me tenaille, je m’avance vers les deux hommes qui eux prennent place dans le coin salon.

Moi: Je me suis inquiété Patrick. Où étais-tu ? Demandai-je en prenant place à côté de lui.

Lui: J’étais chez mon ami que voici. Saïd je te présente Shanice la fille dont je t’ai parlé, Shanice mon ami Saïd.

Moi: Enchanté Saïd.

Said: Enchaîné Shanice. Alors comme ça c’est toi qui à des soucis?

Hum, son accent est tel on dirait celui d’un sénégalais.

Moi: Euh….

Patrick ; N’aie pas peur, il va t’aider. C’est l’ami chez qui je vivais quand je suis arrivé ici tu te souviens ?

Moi : Oh oui oui, d’accord. Oui c’est moi.

Saïd : Eh bien quand est-ce que ton boss est sensé passer prendre son argent?

Moi: Dimanche exactement.

Saïd : Le temps ne joue vraiment pas en ta faveur. Si je revendais encore comme avant je t’aurais pris ce qu’il te reste, l’aurait travaillé et gagné beaucoup plus malheureusement je ne deal plus mais j’ai toujours des contacts.

Seulement tu sais que chaque moyen ou gros dealeur à ses fournisseurs attitrés donc ce que nous allons faire c’est que je vais t’amener dans un endroit où tu devras rencontrer trois personnes différentes à qui tu proposera ta cam avec conviction tout en leur disant que tu viens de ma part, eux ceux sont des petits dealeurs aussi comme toi. Tu comprends ?

J’essaye de bien assimiler ce qu’il me dit avant de répondre.

Moi: Oui je comprends bien.

Saïd : J’espère vraiment que tu as le sens de la persuasion, ils vont un peu tester tes nerfs pour jouer les durs mais ne t’inquiète pas ils ne te feront aucun mal.

Patrick : Est ce que tu es sûre qu’ils ne lui feront rien mon frère ?

Saïd : Tu ne me fais pas confiance?

Patrice : Si, juste que c’est une femme et tu connais les hommes

Saïd : Je te donnes ma parole.

Moi; Je suis partante je saurais m’en sortir. Je m’en sors toujours.

Saïd : Bien demain tu iras à la rencontre du premier avec une partie, après demain avec l’autre partie puis vendredi avec la dernière. On va diviser en trois .

Moi:D’accord.

Nous discutons encore un bon bout, et il m’explique ce que je vais devoir faire. Il m’aide ensuite à peser et à diviser le reste de drogue avant de s’en aller me promettant de revenir demain pour m’accompagner au point de rendez-vous.

Je retrouves un peu d’espoir tout en croisant les doigts, Patrick fini par aller prendre son bain et partir pour le boulot sans me regarder. Je l’interrompe au seuil de la porte.

Moi: Je ne pourrais jamais assez de remercier pour ce que tu fais pour moi Patrick et je suis désolé de te décevoir. Dis-je en tenant son bras.

Lui: Je dois y aller on se voit le soir. Dit-il en se dégageant pour sortir.

À suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recipe Rating