jeune-couple-amoureux-1
Spread the love

Son regard est clair, il m’intime d’acquiescer sans discuter sauf que je ne veux pas de quelqu’un d’autre qu’Arthur mais en même temps si j’insiste il commencera à se douter de quelque chose. …(Shanice prête à tout pour réussir: chapitre 7 tome II)

Je me retrouves à nouveau dans une situation des plus gênantes de toute ma vie, cette impression que mon bureau sent le sexe ou encore que moi même je sens le sexe me fait stresser comme une malade.

Je suis doué pour me mettre dans des conditions hyper bizarres. Claude passe un regard sceptique ou pas de l’homme qui vient de me faire jouir à moi avant de se racler la gorge face à un Arthur très détendu qui ne laisse rien paraître.

Claude ; Bébé, tu es occupé ?. Demande-t-il en passant une main possessive dans mon dos.

Moi: Euhm..oui tu connais déjà Arthur mon ancien chauffeur et ami de Nicole, en fait il voulait récupérer son poste donc nous en parlions avant que tu n’arrive. Répondis-je avec le peu de conviction qu’il me reste.

Lui; Ah d’accord, mais tu sais très bien te servir de ton volant maintenant tu n’as plus besoin d’un chauffeur pas vrai ?

Moi : Euh….eum…en fait je ne sais pas bébé, tu sais que je ne supporte pas être au volant je préfère être conduite par un professionnel du volant.

Lui: D’accord mais sauf qu’il était là juste pour un temps. Je vais te donner un de mes chauffeurs ça te va? Demande-t-il en me regardant droit dans les yeux.

Son regard est clair, il m’intime d’acquiescer sans discuter sauf que je ne veux pas de quelqu’un d’autre qu’Arthur mais en même temps si j’insiste il commencera à se douter de quelque chose.

Moi; On en reparlera Claude. Arthur est quand-même là je te rappelle.

Arthur: Ne vous inquiétez pas, je comprends parfaitement. Je vais m’en aller. Dit-il en se levant.

Claude : Je n’ai rien contre vous mais étant chef d’une grande entreprise mon expérience m’a prouvé qu’un employé renvoyé n’a plus sa place à son poste précédent. Dit-il sèchement.

A lire aussi: Le rappeur DMX : sa fiancée se fait tatouer en l’honneur de sa mémoire


J’ai envie d’intervenir mais je fais profil bas, même si ce n’était pas le but de la venue d’Arthur ici je trouves quand-même ça grossier de la part de Claude.

Arthur: Bonne journée monsieur, à plus tard Shanice. Dit-il un rictus au coin de ses lèvres.

Claude ; Plus tard? J’espère que vous n’avez pas des vues sur ma femme jeune homme. Dit-il en resserrant son emprise sur ma taille.

Moi: Claude!!!.

Claude : Je plaisantais. Vous vous reverrez certainement chez Nicole.

Arthur ; excusez moi. Lance-t-il en tournant les talons pour sortir de mon bureau.

Une fois Arthur sorti, je ne me fais pas prier pour exploser face à Claude

Moi: Ça voulait dire quoi ce comportement Claude ? Tu veux me mettre dans l’embarras devant les gens maintenant ? Demandai-je en m’éloignant un peu de lui.

Lui: Baisse d’un ton immédiatement ! Tu me prends pour un con? Tu crois que je n’ai pas lu le désir dans ses yeux? Sa façon de te manger du regard ? Ce mec te fait des avances et toi comme une allumeuse ce que tu es d’ailleurs tu te laisses faire!. Rétorque-t-il en colère.

Moi: Va te faire foutre Claude ! Je commence à avoir ras-le-bol de ta jalousie excessive.

Lui: Regardes moi bien dans les yeux, tu es à moi tu comprends ça ? Personne je dis bien personne d’autre que moi Fotso ne posera ses mains sur toi. Si jamais je me rends compte que tu as l’intention, oui juste l’intention de voir ailleurs je tuerais cette personne et ce devant toi, sous tes yeux. Dit-il d’un ton glacial que je ne lui connaissait.

Ses iris devenus plus sombres de rage et ses mains qui appuient de plus en plus mes bras commencent à me faire mal.

Moi: Tu me fais mal Claude. Dis-je d’une petite voix.

Lui : Je me suis fait clair?

Moi: Claude s’il te plaît, arrêtes.

Lui: Réponds !!!

Moi: Oui. Répondis-je en sursautant.

Lui: Bien,bonne fille. Maintenant prends ton sac on s’en va manger. Dit-il me lâchant finalement.

Le tip ci n’est pas malade par hasard ? La drogue là doit déjà lui jouer des vilains tours hein, donc il fini de me brutaliser et il s’attend carrément à ce que j’aille m’asseoir à la même table que lui? C’est de la foutaise.

Moi: Je n’ai pas faim. J’ai une perruque à confectionner. Dis-je sèchement.

Lui: Tu me fais la tête bébé ? Demande-t-il redevenant doux.

Moi: Claude, j’ai à faire je ne peux pas aller manger avec toi.

Il se rapproche de moi et prend mon visage entre ses mains, forçant mon regard dans le sien.

Lui: Mon cœur, désolé d’avoir été excessif. Ma jalousie à prit le dessus je ne voulais pas te crier dessus, excuse moi d’accord ?

Il souffre clairement de quelque chose, on appelle ça quoi encore là ? Trouble de la personnalité, bipolarité ? Ça doit être la seule explication à son changement de comportement d’une seconde à l’autre. Je n’ai pas envie de sentir ses mains sur moi, il me dégoûte.

Moi: J’ai compris, j’ai du travail. Répondis-je sèchement.

Lui: D’accord. Je retourne au bureau, on se voit ce soir.

Moi: bien.

Il dépose un baiser furtif sur mes lèvres et s’en va. Cette maison était juste un piège, oui juste un piège pour me contrôler et me maintenir en cage. Maman avait raison c’est une prison dorée sauf que moi je ne compte pas me laisser faire, je ne serais l’esclave de personne dans ma vie personne.

**********Éclipse***********

Les deux semaines suivantes sont un véritable calvaire. Malgré le fait que je lui démontre clairement que je n’ai aucune envie de coucher avec lui, Claude s’en fou et me viol littéralement car oui je ne suis pas consentante. Il me couvre de cadeaux par la suite, des cadeaux que je vois plus maintenant comme du poison qu’autre chose et le fait que ma petite sœur soit là ne le dérange pas du tout.

Il passe pratiquement toutes ses nuits à la maison, mon seul échappatoire c’est quand j’échange avec Arthur par messages. Notre relation se solidifie, je réussi à me sentir bien rien qu’en lui écrivant il est compréhensif, attentionné et vrai contrairement à l’autre.

Lucien passe prendre son argent après chaque deux jours soit au bureau soit on se retrouve quelque part pour que je le lui donne et évidemment que j’ai mon pourcentage nous sommes toujours partenaires.

***********************

Aujourd’hui j’ai rendez-vous avec Lucien au Hilton pour le dépôt de son argent sale. Je laisses consignes à mes employés tout en m’assurant que Claude ne passe pas me chercher pour manger midi comme il le fait ces derniers temps. À bord de mon véhicule vêtu d’un skinny blanc sous un polo noir et une paire d’escarpins noire, je roule en direction du centre-ville. Je monte jusqu’à la chambre de Lucien que j’ouvre par réflexe et tombe sur une scène digne de monsieur le pornographe!.

Une fille en sandwich entre un autre homme que je ne connait pas et lui même les deux pilonnant cette dernière. La chambre est en désordre, bouteilles de liqueurs par ci, vêtements par là, cocaïne étalée ci et là, préservatifs un peu de partout et j’en passe.

Il sursaute quand il se rend compte de ma présence et se retire de la fille en question, maigre tel une anorexique. Il s’avance sans gêne, la queue encore dressée vers moi en souriant, il me traverse et va se servir un verre tandis que les autres continuent leur besogne sans s’inquiéter de ma présence.

Lui: Envie de te joindre à nous ? Me demande-t-il un stupide sourire plaqué sur son visage.

Moi: N’importe quoi! Tiens ton argent. Dis-je en sortant le paquet de mon sac pour lui remettre.

Lui: Merci.

Il prend l’enveloppe la dépose sur la table et s’en va fouiller dans je ne sais quoi pour revenir avec deux liasses de billets de cent-mille chacune qu’il me remet. C’est mon pourcentage, je le remercie et m’en vais claquant la porte derrière moi, heureuse de m’être faite du fric presque gratuit aujourd’hui encore.

Je remonte dans ma voiture direction un shopping pour acheter quelque chose de nouveau pour moi mais également pour Alice, elle m’a demandé une tenue dernièrement et j’aimerais lui faire plaisir. Elle est la seule famille qu’il me reste actuellement le sang de mon sang donc j’aimerais la gâter autant que je peux .

À peine je gare devant le magasin que je reconnais la voiture de Claude cherchant à se garer en face, ah mais non que fait-il là ?. Il descend, traverse la route d’un pas pressé faisant voler presque sa veste grise, une fois à ma hauteur il m’agrippe l’avant bras et me force à le suivre alors qu’il entreprend de retourner à sa voiture.

Moi: Claude ! Lâche moi ! Qui Y-a-t-il ? Demandai-je en essayant de me défaire de son emprise.

Lui: La ferme et avance! Dit-il en me faisant traverser de force la route.

Il me jette presque à l’arrière de sa bagnole et bloque la portière avant de demander à son chauffeur de ramener ma voiture à la maison. Au volant il est comme possédé et mes tentatives d’obtenir des réponses de sa part son vaines puisqu’il ne me regarde même pas, ne voulant pas causer un accident je me résigne à m’asseoir tranquillement jusqu’à ce qu’on arrive à la maison.

Il vient me faire sortir de force de la voiture et me pousse jusqu’à la maison, une fois la porte fermée à clé derrière nous sa veste s’envoie valser sur le sol, ses manches ceux font retrousser tandis que son regard devient lugubre ça ne présage rien de bon. La panique m’envahit, la peur me submerge, il se débarrasse de ses chaussures mais reste avec ses chaussettes et déboutonne sa chemise.

Lui: Assieds-toi sur le fauteuil là-bas. Ordonne-t-il en pointant le doigt sur le dit fauteuil.

Moi: Mais bébé que se passe-t-il ? Tu me fais peur Claude. Dis-je en allant quand-même prendre place.

Il se rapproche de moi, une fois devant moi il mets ses mains dans son dos avant de me demander

Lui: Tu sortais d’où ? Il demande d’un ton posé.

Ah mama ! C’est déjà comme ça maintenant ? On me surveille?

Moi: Je ne comprends pas ta question Claude.

Lui: Tu sortais d’où lorsque je t’ai récupéré devant le magasin. Demande-t-il une seconde fois toujours les mains dans son dos.

Moi: Du bureau. Menti-je.

La première gifle sort de nul part et allume le feu sur ma joue. Aïe !

Moi: Aïe ! Mais cl…

La seconde m’envoie me cogner la tête contre le dossier du fauteuil.

Lui: Tu foutais quoi au Hilton ? Ahn? Réponds ! Tu foutais quoi là-bas ? Cette fois sa voix monte d’un cran.

Donc il me fait vraiment suivre. Il me surveille réellement. J’aurais dû m’en douter vu son comportement obsessionnel de ces derniers jours.

Moi: J’étais rencontrer Lucien ! Répondis-je en éclatant en sanglots.

Lui: Ah oui! Dans un hôtel ? Pour y faire quoi? Je t’ai demandé d’arrêter de le fréquenter oui ou non? Tu es allais lui offrir ta petite chatte qui lui manquait tant comme il te le dit souvent ? Demande-t-il en hurlant, hors de control.

Il faut absolument que je réussisse à le calmer.

Moi: Bébé non, non. Pourquoi tu ne me fais jamais confiance Claude ? Pourquoi tu me réduis à ça ? J’allais juste lui donner son argent c’est tout. Répondis-je entre deux sanglots.

Lui : Je ressemble à un con? Tu ne te rassasie j’aimais ? Tu es une nymphomane! Malgré tout le sexe que je t’ai servit ça ne t’a pas suffit? Il fallait que tu ailles te faire sauter par ce chien!! Dit-il en me tenant par la gorge.

Ses yeux sont presque injectés de sang. Ma mère m’avait prévenue, je ne veux pas perdre un œil ici pour rien.

Moi; Je te jure que tu te trompe chéri, appelles le si tu veux il te dira. Je n’ai même pas fais trente minutes là-bas je te jure. Tentai-je de le rassurer.

Lui: Je t’ai demandé d’arrêter de traiter avec lui!

Moi: J’ai essayé, j’ai vraiment essayé mais il me tient. Il me fait des menaces Claude et refuse de me laisser tranquille.

Il me serre la gorge un peu plus en cherchant la sincérité dans mes yeux remplis de larmes.

Lui: On va vérifier ça. Debout ! Ordonne-t-il me lâchant.

Moi : Quoi?

Lui: Lève toi avant que je ne perde le control.

Je ne me le fais pas répéter et me lève pour le suivre jusqu’à dans la chambre. Il me déshabille sans douceur me pousse sur le lit et fourre directement trois doigts dans mon vagin sec, j’ai l’impression de sentir mon pauvre minou se déchirer.

Lui:Je ne veux plus te voir avec lui putain! Ce n’est pas si compliqué Shanice, pourquoi es-tu têtue ?. Demande-t-il le visage froissé de colère en retirant ses doigts de moi.

Moi ; Alors rembourse lui mes dettes ! Ou oui tues le si tu veux. J’en ai marre de vous!. Lancais-je hors de moi.

Lui: La ferme! Shanice . Tu m’appartiens, tu es à moi tout ce que je fais pour toi c’est parce-que tu es mienne. Je refuse de te partager, cet homme t’a déjà mit dans son lit plusieurs fois alors il m’est impossible de vous savoir à deux. Crie-t-il en me secouant comme un arbre.

Moi: C’est ça ton problème ! Tu ne me fais pas confiance et pour toi je suis une traînée qui se laisse monter par le premier venu. C’est à ça que tu me réduis Claude et tu sais pourquoi ? Parce-que c’est exactement ce que je suis pour toi, ta chose sexuelle du moment, ton nouveau jouet !. Je cris à mon tour.

Lui: Tais-toi ! Je t’aime Shanice. Je t’aime tu ne le vois pas? Tu m’obsède…..oui tu m’obsède.

Moi: Si tu m’aimes fais moi confiance dans ce cas. Je suis avec toi Claude tu me comble pourquoi irais-je me donner à lui?.

Il se calme et se laisse tomber sur le tapis qui orne la chambre, exténué. Je vais prendre en coupe son visage et ramène son regard dans le mien, je me sens mal de le voir ainsi aussi vulnérable face à moi. Cet homme m’aime mais moi est ce que je l’aimes? À ce stade je n’en sais rien, je sais juste que j’ai peur de lui, de découvrir son mauvais visage pour de vrai.

Moi: Claude, bébé regarde moi je t’aime aussi. Bientôt tout ça sera fini je te le promets.

Lui; Ils veulent tous te voler et t’amener loin de moi Shanice, mais je ne le permettrais jamais. Lucien ne sera plus un fardeau pour toi crois moi, je vais m’en occuper. Dit-il une lueur de malice dans son regard.

Ce n’est qu’en le regardant bien maintenant que je me rends compte qu’il n’est pas très lucide. Je le prends dans mes bras et tel un enfant il pose sa tête sur ma poitrine et me serre fort contre lui tandis que d’une main douce je caresse sa tête jusqu’à ce qu’il s’en dorme épuisé.

À suivre…….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recipe Rating