Vie-couple-africain
74 / 100

Je ne réponds rien et me retourne juste face à lui la tête baissée, quoiqu’il m’énerve ou fasse il reste mon père et je lui dois respect…( Shanice prête à tout pour réussir.)

Chapitre 8.

Assisse dans la cour, j’observe cette carte de visite aussi banale que mystérieuse en réfléchissant sur si oui ou non je devrais le contacter. En effet je n’ai toujours pas digéré son comportement de la dernière fois, ce comportement froid, indifférent, méprisant et injurieux.

Vous me diriez peut-être que j exagère et peut-être est-ce vraiment le cas mais je n’arrive juste pas à sortir ça de ma tête et pourtant il est un très bon coup et par-dessus tout, un bon payeur. Il m’a remit une somme de cent-cinquante milles dimanche matin.

Je n’en revenais pas quand j’ai ouvert l’enveloppe, c’est la plus grosse somme que j’ai eu de toute ma vie jusqu’à présent en un seul coup. Même si oui cette nuit là m’a coûtée chère quand je suis rentré et ai trouvé mon père à la maison le lendemain.

Flashback.

Je pénètre dans la cours et longe tout droit jusqu’à la maison, grande est ma surprise lorsque j’aperçois mon père assit au salon jouant au pmu. J’essaye de passer inaperçu mais c’est sans compter sur monsieur Abena qui m’arrête immédiatement.

Lui: Madame et où compte tu aller comme ça ? Demande-t-il en levant la tête dans ma direction.

Je ne réponds rien et me retourne juste face à lui la tête baissée, quoiqu’il m’énerve ou fasse il reste mon père et je lui dois respect.

Lui; Je ne t’ai pas posé une question ? Il tonne me faisant sursauter de surprise.

Mon père perd très vite patience et peut devenir facilement violent. Je ferais mieux d’ouvrir ma bouche avant de recevoir une chandelle.

Moi: euh…eum.. Je vais dans la chambre pa’a. Répondis-je embrouillée.

Lui : Quelle chambre ? De quelle chambre tu parles? Tu crois que ma maison est un hôtel où tu peux entrer et sortir à ta guise? Ou alors un refuge pour les bordels? Hurle celui-ci en colère.

https://bonheur-explosif.com/people-en-larme-nabilla-explique-pourquoi-elle-doit-se-rendre-en-urgence-a-lhopital/

Je suis dans la merde, il s’est rendu compte que je n’ai pas dormi ici. Je réponds quoi eh? Cherches shanice dépêche toi!.

Moi: Non pa’a.

C’est la seule chose qui à vraiment pu sortir de ma bouche?

Lui: tu sors d’où madame?

Moi: J’étais à l’anniversaire de ma copine, comme c’est fini tard je n’ai pas voulus prendre le risque de rentrer ici donc j’ai préféré dormir là-bas. Essayais-je de mentir.

Lui: hum tu me prends pour qui? Donc je suis né de la dernière pluie? Ça ne se voit pas que tu as dormi chez un homme? Tu es allé à l’anniversaire comme tu es habillé là Shanice ? Donc je ne te connais pas? Hein!.

Ça fait beaucoup de questions d’un seul coup heiin!.

Moi: papa je ne te mens pas j’étais chez Nicole ma copine. J’insiste.

Comme on dit souvent avec Nini une fois le onzième commandement lancé, on ne peut plus s’arrêter. Ce commandement qui est mentir jusqu’à la gare.

Lui: En tout cas, je vais te le dire pour la dernière fois. Obono ma maison que tu vois ci que j’ai construis par mes efforts n’est ni ton refuge ni ton hôtel. Tant que tu es sous mon toit il y à des règles à suivre, tu ne découche pas tant que tu es chez moi.

Si tu veux mener ta vie de débauche comme tu l’entends sors et va louer ou construire le chez toi aussi comme tes égaux le font,là tu pourras faire comme bon te semble. Me suis-je bien fait comprendre? Demande-t-il tenant son oreille.

Moi: J’ai compris. Je suis désolé papa. Je peux partir?

Lui: hors de ma vue!.

Je reprends mon chemin jusqu’à dans la chambre heureuse de n’avoir pas trouvé ma mère qui est encore à l’église.

Fin du Flashback.

Je décide finalement de l’appeler, je ne perds rien au contraire. Je ne peux pas laisser mon orgueil bête gâcher la chance d’avoir un bon payeur comme ça. Je tape le dit numéro et lance l’appel qu’il décroche à la dernière sonnerie.

Au bout du fil: Lucien j’écoute ?

Hmmm encore cette voix,

Moi: Bonjour c’est Shanice.

Lui: Oh! Comment vas-tu ?

Moi: Bien et toi?

Lui: Bien un peu débordé mais ça va. Tu as finalement décidé d’appeler donc tu as fait ton choix.

Moi: De quel choix tu parles ?

Lui: Celui de faire des choses avec moi.

Moi: hum ton langage codée là moi je n’aime pas ça. Je t’ai appelé car tu m’as demandé de le faire c’est tout.

Lui: Toujours sur la défensive ma belle? En tout cas j’en déduis par là que notre rendez-vous tient c’est ça ?

Moi: C’est cela.

Lui: Très bien shanice, je suis ravi. Alors viens à l’hôtel ce soir à dix-neuf heures.

Moi: Okay sans soucis.

Lui: À tout à l’heure.

Moi: Oui.

Click je raccroche et inspire profondément. Voilà qui est fait, si je me fais trois rencards avec lui et que J’économise je pourrais me prendre un petit coin tranquille et quitter cette maison de poisse!.

Éclipse.

Me voilà enfin devant la porte de sa suite, j’inspire un long coup et remet de l’ordre dans ma tenue qui est constituée d’une mini robe grise en dentelle sur un ensemble deux pièces de la même couleur et d’une paire de talon pied nue noire.

Pour accessoires, ma montre plaque or, mes deux bagues, un ensemble de boucles cerceaux et chaîne plaquette or et mon sac à main noir. Je range ma coiffure et frappe trois coups sur la porte. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’ai tout à coup un mauvais pressentiment.

Quelques deux minutes après avoir toqué deux autres fois, la porte s’ouvre enfin sur Lucien simplement vêtu d’un pantalon velours blanc, d’une chemise blanche ouverte au dessus d’un démembré blanc sur une paire de babouche pour homme noir. Il est aussi charismatique que la dernière fois, car oui ce gars pète le charisme à distance et tout ce qu’il mets lui va à merveille.

Lui: Oh shanice tu es là, désolé d’avoir un peu traîné. Dit-il en me faisant la bise.

Il m’a plutôt l’aire joyeux et plus sympa aujourd’hui.

Moi: Ce n’est pas grave.

Lui : Mais entre je t’en prie. Dit-il en se dégageant du passage.

Je pénètre dans la pièce est grande est ma surprise de découvrir qu’il y’a une fille aisément assise sur le canapé pianotant son téléphone et devant elle une bouteille de champagne accompagnée d’une flûte chargée. Elle est très brune, mince et porte un débardeur blanc sur une mini culotte en tissu de la même couleur. À sa droite une veste que je suppose est celle de l’ensemble de sa culotte. Elle est pied nus repliés sur le canapé, ses escarpins par terre non loin de son sac qui semble coûter cher.

Elle est très chic et classe même simplement vêtu, son ensemble boucles et chaine fins, ainsi que sa mini greffe coupe carré lui donnent une touche finale particulièrement élégante. Je remarque également qu’elle à un gros tatouage sur la cuisse gauche, sur le bras droit ainsi qu’au niveau du cou.

 Un piercing sur son nez, un autre au dessus de sa lèvre supérieur la rendent sexy et mauvaise en même temps. Qui est-elle ? Et que fait-elle ici?

iElle ne ressemble pas vraiment à une partenaire d’affaires encore moins à une collègue. Mes yeux dérivent sur deux paquets de cigarettes posé non loin d’elle donc une est déjà ouverte. Ma contemplation est interrompu par Lucien ;

Lui: Mais prends place shanice, et laisses moi te présenter Stephie. C’est une bonne amie à moi et bientôt qui sait une bonne amie à toi aussi. Dit-il souriant.

Elle relève enfin la tête vers moi en souriant et se lève pour venir vers moi. Nous échangeons deux baisers de salutation.

Lucien: Stephie je te présente Shanice celle dont je t’ai parlé. Dit-il faisant un clin-d’œil à la dite Stephie.

Ils m’ont toute l’air d’être des vrais complices. Je ne sais pas trop pourquoi mais tout ça ne me dit rien qui vaille, j’espère que ce n’est pas ce à quoi je pense.

Elle: elle est vraiment jolie, tu n’as pas menti Lulu.

Lulu? Ça alors, elle lui à même déjà donnée un petit nom? Mine de rien je sens un pointe de la jalousie face à cette complicité bizarre.

Moi: merci, tu es belle toi aussi. Répondis-je par formalité.

Lui: prends place je te serre quelque chose? Tu veux un peu de champagne ou tu préfères une liqueur, un vin?

Moi: un vin si possible du blanc. Dis-je en prenant place à côté de son amie.

Alors que Lucien sort une bouteille de vin blanc de son mini bar ainsi qu’un verre, la Stephie elle sort une cigarette de du paquet déjà ouvert, la cale entre ses lèvres pulpeuses et claque son briquet. Elle me le tend ensuite mais je décline.

Moi: Non, non merci mais je ne fume pas. Dis-je faussement souriante.

Elle : Oh désolé. Réplique cette dernière.

Je n’ai pas un problème particulier avec le fait que quelqu’un fume à mes côtés, pour quelqu’un qui sort généralement en boîte de nuit et autres c’est une habitude mais moi je n’ai jamais fumé de ma vie et ça ne me tente pas. Lucien ramène le vin et me serre un verre avant prendre place face à nous sur une chaise, sa bouteille de whisky en main qu’il boit sans besoin de verre et à son tour allume une cigarette.

Lui: Alors Shanice, dis-moi as-tu déjà essayé un truc avec une fille ?

Je crache presque le liquide qui est dans ma bouche, tellement sa question me prend de court. Ce mec ne changera jamais cette façon cru et directe qu’il à de dire ou demander les choses.

Moi ; Euh… Non non jamais.

Lui : Ça ne t’a jamais tenté ?

Moi : Non. Dis-je fermement.

Il avale à nouveau une gorgée de son whisky et tire sur sa cigarette. Il est très bizarre aujourd’hui lui.

Lui: Ça ne t’a vraiment jamais fait fantasmer?

Moi : Je t’ai dis que non. Criais-je presque.

Lui: Calme toi ma puce juste une question. Dit-il me faisant un clin d’œil.

Son amie elle écoute juste la conversation en savourant son champagne tranquillement.

Lui: J’ai un jeu d’action ou vérité ça vous dit les filles?. Il change de sujet.

Stephie: Moi je suis partante. Réplique celle-ci spontanément.

Lui: Et toi shanice ?

Je ne vais pas faire ma poule mouillée non plus, je ne suis pas une bleue, comme dis souvent Nicole adapte toi à l’environnement dans lequel tu te retrouves, entre dans la peau du personnage et danse au rythme de la chanson sur le bateau.

Moi: Moi aussi je suis partante.

Lui: Super alors, je sens qu’on va bien s’amuser. Dit-il en allant chercher une boite dans son armoire.

Il revient plus tard la tenant en main avec une pointe de malice dans son regard subitement lubrique qui ne présage rien de saint. Si seulement j’avais su que cette soirée allait faire naître en moi une nouvelle shanice je l’aurais évité ou pas.

À suivre….

Share this:

Laisser un commentaire